Obéissance

Pourquoi j’aime pratiquer la discipline Obéissance…

ob1

Présentée en écrits ou sur bien des sites internet, la discipline obéissance y est souvent décrite comme une discipline rigoureuse et peut-être de manière rébarbative pour le profane.
Plutôt que de refaire une énième description, j’aimerais par ces quelques lignes présenter cette activité par mon propre ressenti, et peut-être susciter chez certains un intérêt pour cette discipline canine.
Il est certain que pour pratiquer cette activité, il faut faire preuve de méthode et de rigueur, puisque l’on va demander au chien d’exécuter un ordre avec rapidité et précision à la première et unique injonction de notre part.
Il faut donc pour cela que le binôme maître / chien soit parfaitement construit et que la complicité réciproque fonctionne.
Dans la vie de tous les jours, et en éducation de base, nous demandons par exemple à notre chien de venir au pied et nous sommes satisfaits lorsqu’il s’assoit à côté de nous calmement.
En pratiquant la discipline obéissance, nous allons demander beaucoup plus puisque certains exercices se font à distance avec pour seules aides notre voix ou nos gestes.
Dans les deux cas, n’oublions cependant jamais qu’il n’est pas inscrit dans les gênes du chien qu’il doit obligatoirement obéir aux injonctions du bipède qui l’a choisi pour partager sa vie.
En discipline obéissance il nous faut donc plus encore être à la fois convaincant et complice de notre animal.
Cette complicité et la bonne volonté que met le chien à exécuter la demande formulée par le maître ne se décrète pas, mais s’acquiert tout au long d’un entraînement régulier à la fois fait de rigueur et de moments ludiques qui seront la récompense du chien pour le travail effectué.
Très rapidement l’on apprend (souvent à ses dépens) qu’un ordre n’est parfaitement accepté que lorsque le chien est attentif et convaincu. Et toute la difficulté est d’avoir à la fois le regard du chien, son attention, et de déclencher à ce moment précis sa motivation pour satisfaire notre demande. La pratique de la discipline obéissance est donc une excellente école de régularité, de persévérance et de réflexion.
En effet, il faut toujours se demander lorsque le chien ne fait pas, si notre demande a été claire ou si l’apprentissage a été bien mené, plutôt que de l’accuser de mauvaise volonté sans se poser d’autre question. En cela la discipline obéissance est également une école de modestie.
J’ai personnellement constaté que lorsque le chien est attentif, il nous « lit » d’une manière incroyablement précise et que notre simple attitude corporelle est pour lui une indication qui peut soit le conforter dans l’exécution d’un exercice, soit l’induire en erreur et le faire fauter.
A l’inverse, j’ai au long des heures passées avec lui, appris à connaître mon chien de manière à décrypter son attention par ses attitudes et ses regards. En obéissance il est également très important d’être intégré dans une équipe ou chacun aide et rectifie les erreurs de son coéquipier sans autre volonté que d’arriver à une exécution parfaite de l’exercice travaillé.
Un bon coaching (œil extérieur avisé) aide le maître à bien conduire son chien et évite les erreurs.
En conclusion je souhaite que chaque maître garde à l’esprit que demander quelque chose à son chien est toujours mieux que de l’ignorer.
Nos compagnons sont demandeurs de notre attention, alors n’hésitons pas à partager avec eux ces instants de complicité (voire d’amitié).

Maurice Kunstmann
Responsable (heureux) de l’équipe obéissance de notre club

Tél. : 03 89 46 21 59 (en soirée)
mkunstmann@estvideo.fr

 ob2

Premier contact… Le courant passe !

Le binôme maître/chien va peu à peu apprendre à se connaître, se comprendre, communiquer et tisser des liens de plus en plus solides !