L’âge bête…!?

Puberté et changement de comportement chez le jeune chien

• Jackotte a 5 mois et ne revient plus au rappel comme avant.
• Sixty ne pense plus qu’à renifler le sol, « je n’arrive plus à attirer son attention » se plaint sa maîtresse.
• Jaguar, depuis ses 6 mois, lève la patte partout dans la maison alors qu’il était propre avant.
• Toukan, 10 mois, devient agressif avec les autres mâles.
• Linette aboie depuis peu quand elle entend un bruit. Elle a peur aussi de choses qui ne l’inquiétaient pas avant. Je ne la reconnais plus…

Après ce petit florilège, que chacun peut compléter par ses observations, essayons de comprendre ce qui se passe chez votre jeune chien et qui le bouleverse autant…

La puberté commence vers 5-6 mois chez les chiens de petit format et un peu plus tard chez les plus grands. Elle dure quelques mois et débute avec la production des hormones sexuelles. Celles-ci induisent de nombreux changements physiologiques et comporte-mentaux.

On observera, à des degrés divers selon les sujets :pub2

  • Un changement de comportement : le chien n’obéit plus, il fugue, il grogne…
  • Une modification dans ses relations avec ses congénères : une agressivité peut apparaitre dans certaines situations ;
  • Un marquage urinaire pour les mâles, mais certaines femelles le font aussi ;
  • Une accentuation des peurs ou problèmes préexistants, voire une apparition de craintes soudaines ;
    Etc…

Le jeune chien n’est plus un chiot ! Il change de statut social, ne sait plus comment se comporter dans des situations qui ne posaient aucun problème avant. Il perd confiance en lui et en même temps doute de ses capacités, il a besoin de tester.

Dès 4 mois déjà, de nombreux maîtres font part d’une régression de leur chiot sur certains points, le rappel notamment.
Entre 4 et 6 mois, c’est aussi la période du changement des dents.

Jusqu’à cet âge de 4 mois, on constate que le chiot met toute sa confiance en l’humain (si la relation est bonne bien entendu) puis il prend peu à peu de l’assurance, ose s’aventurer plus loin. Son odorat se développe et il s’intéresse alors de plus en plus aux odeurs. N’oublions pas que l’odorat est le sens le plus développé du chien. L’attrait pour ces nouvelles découvertes olfactives devient bien plus important que le maître… qu’il n’a plus vraiment peur de perdre.
Il semble choisir de ne pas obéir au rappel parce qu’il a plus intéressant à faire ! Le jeune chien donne l’impression de « tester » son maître. Et le maître ne comprend plus son chien…

 

Comment réagir ?

  • S’énerver, obliger le chien – par la force – à obéir malgré tout (pour ne pas perdre la face ?)… ne sert à rien. Il faut rester calme, s’armer de patience. On peut avoir tout de même le dernier mot mais en écourtant la séance et en terminant par un exercice simple, que le chien sait et aime faire. Rester positif ! Augmenter le niveau des récompenses ou travailler dans un environnement moins distrayant.
  • Si le chien ne revient plus au rappel ou de manière imprévisible, il faut tout de même lui donner de la liberté (il en a tant besoin !)mais en longe. Sécurité avant tout. La longe va permettre aussi de lui laisser le moins d’occasions possible de se rendre compte qu’il a la possibilité de ne pas revenir.pub1
  • Reprendre la marche en laisse, mais en laisse longue, comme au début. Prévoir aussi des friandises ou un jouet d’un niveau supérieur.
  • Il a plus que jamais besoin de contacts fréquents et en liberté avec des chiens adultes équilibrés. Ils vont le réguler, lui apprendre la « politesse » et les bonnes manières.
  • Si des peurs nouvelles apparaissent, il faut désensibiliser par la méthode positive. Trouver au cas par cas la distance de confort du jeune chien, celle où il ne réagit pas encore à ce qui l’effraie, pour pouvoir le féliciter, l’encourager et le récompenser. Puis réduire la distance progressivement. Immerger le chien dans une situation inconfortable et anxiogène, pensant qu’il va s’y faire, ne fera que renforcer sa peur : son cerveau à ce stade n’est plus capable d’enregistrer quoi que ce soit, il est en mode « survie ».
  • Si votre jeune chien devient réactif et bagarreur avec les autres chiens, voyez d’abord s’il a suffisamment d’occasions d’apprendre et d’expérimenter les codes relationnels canins lors de jeux ou promenades en liberté avec d’autres adultes. Si oui et si ce comportement agressif s’accentue, la castration est peut-être à envisager. Certaines races sont connues pour avoir des relations tendues entre mâles.
  • Et si votre chien « pète les plombs », ne se contrôle plus, va trop loin en s’opposant à vous, plutôt que de vous énerver, utilisez la pire des punitions pour un chien : l’isolement. Tout en gardant votre calme !

 

Un mot sur les grognements

Lorsqu’un chien grogne il prévient que la situation est inconfortable pour lui. En cas d’insistance ou s’il est acculé, la morsure suivra.
N’empêchez jamais votre chien de grogner, c’est sa manière de prévenir. Si vous punissez ou interdisez les grognements, il comprendra que cela ne sert à rien et sautera cette étape : il mordra de suite ! Vous aurez fait alors apparaître un problème comportemental sérieux, qui pourrait devenir dangereux si pas traité.
Votre chien peut grogner par peur ou parce qu’il veut conserver ou s’attribuer une ressource. Un travail spécifique pour augmenter le niveau de tolérance est alors à entreprendre. Attention aux petits enfants… ou aux ados qui veulent tester leur autorité !

 

L’adolescence… quelques mois difficiles pour le maître mais aussi pour le jeune chien. Cette période requiert patience, adaptation, cohérence.

Simone
avril 2015